hexagon hexagon-filled home mail search facebook twitter linkedin download wilo-logo2
08/ Wilo

Etes-vous Rocket Lawyer ou Captain Contrat ?

12/01/2016 | AVOCATS

Qui sont ces super héros ? De nouveaux XMen ? Qui rédige le mieux ? Qui est le plus rapide ? Difficile de départager les super pouvoirs de Rocket Lawyer face à ceux de Captain Contrat.

Dans un cours proposé à l’EFB sur le thème de l’avocat connecté[1], Thierry Wickers dénombre 23 nouveaux acteurs / start-ups du marché du droit dont 22 sont des initiatives de non avocats et une seule est une création d’avocats en exercice. Lors du concours organisé par l’Incubateur du Barreau de Paris[2], le ratio était de 16 candidatures dans la catégorie non avocat pour 5 candidatures émanant d’avocats…et parmi ces dernières, seulement deux d’entre elles portaient sur des projets de nature à rivaliser avec ces nouvelles start-ups du droit.

L’heure du réveil a sonné. Pourquoi Rocket Lawyer et Captain Contrat ne sont-ils pas des cabinets d’avocats ? Alors que bourgeonnent les initiatives diverses, les avocats investissent à peine un nouveau terrain qui leur tend les bras. Où sont les freins ? Où sont les obstacles ? Dans la tête, essentiellement. Il faut accepter de remettre en cause les modèles économiques traditionnels pour occuper de nouveaux espaces dans un marché hautement concurrentiel. La déontologie n’est pas un frein. Elle évolue car les instances prennent conscience que les avocats doivent pouvoir faire face à cette nouvelle concurrence en brandissant la déontologie comme une arme plutôt que de la subir comme un handicap.

Les cabinets doivent oser vendre des formulaires, proposer des modes de consultation différents, briser ce mur de l’accès à l’avocat… Sur le plan de la communication et du marketing, les cabinets qui oseront penser autrement réussiront à se différencier de manière spectaculaire. Dans un marché où il est souvent difficile de créer la différence, pourquoi ne pas oser revêtir le costume de Rocket Lawyer ?

Dominic Jensen

[1] Cours proposé par Thierry Wickers, Olivier Cousi et Dominic Jensen

[2] L’auteur est membre associé et membre du jury de l’Incubateur du barreau de Paris

Retour au blog
x

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer la meilleure expérience du site  et contribuer à l'amélioration de la plateforme. En cliquant sur "Accepter", vous acceptez notre politique de cookies.

Accepter Refuser